lundi 8 juillet 2013

Confidences à Allah

Couverture de Confidences à Allah
Auteur: Saphia Azzedine
Editions: Léo Scheer
Sortie: 2008
Genre: Biographie

Synopsis
A qui parler quand on est pauvre, perdue, rejetée de sa famille? Jbara, petite bergère des montagnes du Maghreb, parle à Allah. Il est, dans un monde qui ne voulait pas d'elle, son seul confident. Elle lui raconte sa vie, la misère, le mépris, son père ignorant et brutal qui la traite en servante, les hommes qui la traite en objet, la découverte progressive du pouvoir de la beauté, la prostitution, la prison, le désir d'ailleurs: une vie semblable à tant de vies de femmes, aujourd'hui. Monologue fiévreux, porté par une rage irrépressible, que la verve et l'humour rendent encore plus acérée. Confidences à Allah est un témoignage direct, cru, sur l'oppression des femmes, mais aussi, et d'abord, le portrait d'une jeune fille résolue à exister par elle-même, et qui ne se soumettra pas.

Mon avis


Un livre bouleversant sur la condition de la femme dans les petits villages retirés du Maghreb. J'ai été touchée par la vie de Jbara, très jeune fille qui est utilisée et qui sera utilisée pendant toute sa vie. Elle sera exploitée, violée, humiliée, prostituée mais gardera toujours son fil conducteur vers Allah!

Attention cependant, quelques scènes de ce livre sont très crues. Mais, elles sont pour ma part indispensables pour faire comprendre justement l'indescriptible! L'horreur de la vie de Jbara et de toutes les "Jbara" du monde.

Pour une raison particulière à mon entourage familiale, ce livre m'a bouleversée!

Ma note

AperçuAperçu

4 commentaires:

  1. Je peux comprendre ton bouleversement! Toutefois je préfère ne pas lire ce livre :(

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est ce qui est bien avec les blogs, on en découvre certain qu'on a envie de lire et d'autre pas.

      Supprimer
  2. Et ba moi, j'ai très envie. Il me donne déjà la rage au ventre sans rien en avoir lu.
    Plus qu'un livre de victime , j'ai l'impression qu'il va parler de victoire sur elle, sur des forces injustes, sur la vie.

    RépondreSupprimer

Merci pour votre commentaire