samedi 2 mars 2013

Le faire ou mourir

Couverture de Le faire ou mourir
de Claire-Lise Marquier
Editions: Rouergue
Sortie: 2011
Synopsis
Damien est un garçon trop sensible, méprisé par ses copains de classe depuis toujours et incompris de ses parents. Dès l’arrivée dans son nouveau collège, il se retrouve par miracle sous la protection de la bande de gothiques et de son leader, Samy, un garçon lumineux, intelligent et doux, en dépit de son look radical. Très vite, Damien devient Dam, adopte piercings et vêtements noirs et, surtout, trouve auprès de Samy un véritable ami, et peut-être plus, au point de déclencher des représailles chez son père, contre ces « mauvaises fréquentations ». Au fur et à mesure des pages, le lecteur découvre la profondeur de la souffrance de Dam : depuis longtemps il a pris l’habitude de se scarifier les cuisses, incapable qu’il est d’exprimer sa souffrance et sa solitude. Il lui faut chaque soir « libérer son sang » pour se sentir mieux. « Tant que je saigne, je suis vivant », dit-il. Car Dam a peur, de tout le monde et surtout de lui-même. Samy, à l’inverse, est un garçon bien dans sa tête et dans son corps, et sait dire très naturellement son attirance pour Dam. Les deux garçons finissent par s’afficher ensemble au collège et tant pis si on les traite de « lopettes satanistes ». Résistant à la colère paternelle, Dam retrouve Samy en cachette, pour parler, écouter de la musique et s’embrasser. L’amour entre les deux garçons est si puissant qu’on pourrait espérer qu’il libère Dam de sa souffrance. Le jour de son anniversaire, les deux garçons se retrouvent dans sa chambre et le titre du roman trouve enfin son explication : faire l’amour pour la première fois… ou mourir.
Extrait
"J'avais l'impression d'une déchirure quelque part. Comme si c'étaient plus mes parents qui étaient assis là. Des étrangers ..." Sans lien avec moi, sans lien de sang. J'espérais un mot d'eux, comme si pour exister il avait fallut que je passe d'abord par mes parents."
" J'ai espéré. Que mon père dirait: je suis désolé Damien, on a eu vraiment peur de te perdre; ça les avait même pas effleurés que j'aurais pu vouloir mourir"
Mon avis
Je n'ai jamais lu un livre aussi émouvant, aussi vrai, aussi profond et violent à la fois. Violent par la douleur et la souffrance de Dam, par "l'ignorance" des parents de Dam. Etre ignoré et méprisé toute sa vie par ses parents, je pense qu'il n'y a pas pire maux dans la vie! Ce livre m'a bouleversée au plus profond de mon être, au plus profond de mon rôle de mère. A chaque page, je pouvais imaginer mon petit garçon de 10 ans dans les traits de Dam. Un garçon sensible, trop sensible. Le père de Dam ne veut pas que son fils soit une "chochotte" et par conséquent passe sa vie à humiler, bafouer, son fils. Dam, ne veut qu'une chose, une petit chose toute simple et si légitime en tant qu'enfant "être aimé" par ses parents! Mais, cette option-là n'est pas pour lui,elle est pour sa soeur. Cette soeur qui le méprise tout autant que ses parents le méprise. Il se fait battre par des garçons de son lycée, personne ne prend jamais sa défense, sauf un jour Samuel. Samuel sera son seul ami (avec sa bande un peu marginale), Samuel sera son seul Amour. Il tentera d'aider Dam à vivre tout simplement. Mais, c'est sans compter la haine du père de Damien. Surtout lorsqu'il se rendra compte que son fils est homosexuel! Il en deviendra fou de colère, fou de haine et l'inévitable va arriver. Ce livre m'a marqué, il me fait réfléchir à mes actes, à mes paroles envers mon enfant. Ces actes et ces paroles auront un impact irréversible sur la personnalité et l'avenir de mon fils. Merci à l'auteur pour ce livre sublime en tout point! Je n'ai qu'une envie, adresser un message à tous les Damien qui vivent cette vie pleine de souffrance, je n'ai juste qu'une envie, c'est de leur dire "pardon"!
Ma note: 5/5

2 commentaires:

  1. Cookies :* Très sincèrement, après avoir lu ton avis et avoir compris à quel point ça t'avait "retournée" et touchée, je pense que ce n'est pas à toi de t'excuser à la place de tous ses parents manquant d'amour et haineux. Il est clair que tu es une mère compréhensive et extraordinaire! Il suffit d'ailleurs de voir comment tu nous parles de ton fils :*
    Reste comme tu es.... Formidable! :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ma Merry, que te dire ... si ce n'est Merci! Merci tout simplement!! Bisou

      Supprimer

Merci pour votre commentaire