samedi 25 octobre 2014

Nos jours heureux

Couverture Nos jours heureux
Auteur: Ji-Young Gong
Ed.: Philippe Picquier
Sortie: 2014
Genre: Contemporain
Synopsis
Yujeong a le cœur en miettes lorsque sa tante Monica, qui est religieuse, l’emmène à la Maison d’arrêt de Séoul visiter un condamné à mort. Rien ne semble pouvoir rapprocher une jeune désespérée de bonne famille d’un triple meurtrier, et pourtant…
Au fur et à mesure de leurs rencontres, ils vont se raconter avec sincérité leurs « vraies histoires », affronter les ténèbres et découvrir les lumières éblouissantes au sein de ces ténèbres, réparer leurs âmes meurtries.
Mon avis

Je remercie les Editions Philippe Picquier et Babelio pour l'envoi de ce livre.

Lorsque j'ai sélectionné ce livre lors de la Masse Critique de chez Babelio, j'ai croisé les doigts très fort pour avoir la chance de le lire. Je savais qu'une pépite était cachée à l'intérieur. J'aime énormément les livres des auteurs asiatiques. Et, avec "Nos jours heureux", même des jours après avoir refermé ce livre, j'en suis encore bouleversée.

Il existe des livres que vous garderez en mémoire tout au long de votre vie. Ce fut le cas pour "L'élu" de Chaïm Potok que j'ai lu une première fois lorsque j'étais adolescente et que j'ai relu de nombreuses fois encore. Ce sera le cas pour "Nos jours heureux" également. Ce livre est un diamant d'une pureté incroyable. Un coup de coeur foudroyant!

Corée du Sud, 1997: Yujeong est une jeune femme dévastée qui ne trouve pas sa place dans cette famille si "parfaite", cette famille dont les fils réussissent et ont une profession exemplaire. Dans cette famille où la mère est cinglante et froide envers Yujeong. Dans cette famille où l'on impose, décide pour elle. Yujeong est à fleur de peau, elle a subi une tragédie à 15 ans dont elle seule sait l'existence. Son souhait est tout simplement de mourir...

Yunsu lui est condamné à mort, il attend son exécution. Il est accusé d'avoir tué 3 personnes en compagnie d'un autre homme. Et pourtant Yunsu n'est pas l'être horrible, abjecte que l'on pourrait croire. Lorsqu'on entre dans son passé, tout n'est que douleur, peine, rejet, malheur. Yunsu aurait pu évoluer d'une façon différente si "une bonne fée" s'était penchée sur son berceau!

La prison en Corée du Sud à ce moment-là n'est pas ce que nous connaissons. C'est devoir avoir les mains attachées 24 heures sur 24 à la taille (ne plus savoir tendre les bras) que ce soit pour manger, dormir, ... C'est devoir avoir de l'argent (et donc une famille derrière soi) pour acheter des vêtements. C'est avoir droit à une douche par semaine. Et c'est ne pas connaître la date de son exécution!

Lorsque Yujeong tente de se suicider pour la troisième fois, sa tante Monica qui est une "soeur catholique" intervient et lui propose un marché: soit de l'accompagner une fois par semaine en prison pour rendre visite à un condamné - soit de passer un mois dans l'hôpital psychiatrique de son oncle. Le choix pour Yujeong est vite fait.

Une rencontre improbable qui  n'aurait pas eu lieu en temps normal car rien ne prédisposait Yujeong de rencontrer Yunsu. Deux écorchés de la vie, deux êtres torturés qui n'attendent que la mort. Une histoire de pardon, d'humilité, de culpabilité, de sagesse, d'émotion. Un splendide coup de coeur!

15 commentaires:

  1. Merci pour cette critique qui donne plus qu'envie de le lire. J'avais sélectionné ce titre mais n'avais pas été retenu. Mon intuition était bonne.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'espère que tu auras l'occasion de le lire bientôt, il est magnifique!

      Supprimer
  2. je note cette lecture, une pétite apparement

    RépondreSupprimer
  3. J'aime beaucoup la couverture et ça a l'air vraiment pas mal ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La couverture est superbe et l'histoire encore plus! Je te le conseille.

      Supprimer
  4. Réponses
    1. Merci ma Joh mais c'est le livre qui est splendide!

      Supprimer
  5. Quelle belle chronique , tu donnes vraiment envie de découvrir " ce diamant".

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci :) Je pense qu'il pourrait te plaire ma Viou!

      Supprimer
  6. Dis donc je le note, obligé !

    RépondreSupprimer
  7. Je trouve que même si les asiatiques ne montre pas forcément leurs sentiments sur eux. Niveau écriture ils sont plutôt doués ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout à fait, j'aime aussi leur retenue parfois dans l'écriture! Ils arrivent à faire passer des sentiments comme peu de gens savent le faire!

      Supprimer
  8. le roman a beau brasser des thèmes intéressant et présenter une belle relation entre les personnages principaux, je n'ai pas accroché avec l'écriture (du coup je ne sais pas si ça vient vraiment de l'écriture de l'auteur ou de la traduction...).

    RépondreSupprimer

Merci pour votre commentaire